Le Réseau Rampedre

Proposition présentée à Rio de Janeiro par Riccardo PETRELLA dans le cadre de Rio + 20

 

Le droit à l’eau et l’eau bien commun sont aussi une affaire des jeunes

 
 http://www.rampedre.net/Legislation

 

 

 

Nul ne doute que la sensibilisation des citoyens au droit humain à l’eau et à l’assainissement ainsi que leur mobilisation en faveur de la concrétisation rapide et juste de ce droit pour tous passent par des actions permanentes d’éducation, à tous les niveaux et âges.

 

Une éducation qui vise non seulement à alerter les jeunes générations (et, à travers elles, le monde des adultes)   mais  également à stimuler leur volonté et leur désir d’action dans le but de modifier et améliorer l’état actuel du droit à l’eau et à l’assainissement dans  leur région et dans le monde.

 

Ces dernières années, des milliers d’établissements scolaires dans tous les pays ont réalisés des actions remarquables sur les problèmes de l’eau -  notamment en tant que  bien commun, bien public -  en essayant surtout de faciliter la participation spontanée  des élèves à la création d’oeuvres de différente nature (spectacles, CD, dessins, photos, poèmes, chansons….). Le monde de l’éducation a un capital  d’alerte et de compréhension particulièrement riche  On peut le valoriser pour le mettre au service  de la concrétisation de la récente résolution de l’ONU (2010) reconnaissant l »accès à l’eau potable et à l’assainissement  comme un droit humain.

Proposition.  A cette fin, à l’initiative de l’Association H²0, membre du Réseau  RAMPEDRE, et du  Rectorat de l’Académie de l ‘Auvergne en France, il est proposé que les élèves des écoles primaires, des collèges, et des lycées d’une ou plusieurs régions au sein des pays membres du Réseau RAMPEDRE travaillent sur le thème de la résolution de l’ONU,  ainsi que sur la notion du bien commun  (au départ de l’eau).

 

L’objectif consiste à demander aux élèves de dire/exprimer ce que c’est pour eux, dans leur tête, leur coeur, leur imaginaire, le droit à l’eau pour tous. Connaître  l’opinion des élèves n’est pas uniquement un acte significatif sur le plan symbolique. L’opinion des jeunes  contribue souvent à « penser » et formuler autrement les choix et les priorités des adultes.

 

Les élèves pourront dire/ s’exprimer par des textes, poèmes, dessins, films…. Une méthodologie commune sera élaborée pour permettre des fertilisations croisées entre régions, moyens d’expression, imaginaires. 

 

Une sélection des travaux réalisés pourra se faire au sein de chacun des pays participants afin de créer une banque de données représentative des pays  composant RAMPEDRE et des autres pays qui réaliseront l’initiative.  

 

Dans la mesure du possible, la première réalisation du projet  « Droit à l’eau et éducation. A l’écoute de l’opinion des jeunes »  devrait être réalisée  au printemps de 2013 et/ou en automne 2013. Elle pourrait être complétée au printemps de 2014.

 

Les résultats pourraient être présentés à l’ONU dans un rencontre officielle de tous les partenaires impliqués, ainsi que, en Europe, aux institutions de l’Union européenne.

 

Sur la base des expériences ainsi acquises, on procéderait à des nouvelles réalisations  les années suivantes.

Les membres du Réseau RAMPEDRE du Maroc, du Burkina Faso et de l’Italie, outre que la France, sont déjà parties prenantes.

Cette initiative sera fortement médiatisée dans chacun des pays ce qui permettra une mobilisation de l’opinion non seulement des scolaires, mais aussi de leurs parents et donc de l’ensemble de la population.

 

Tous ceux qui sont intéressés à la propositions sont invités à prendre contact notamment avec :

 

  • Jean-Pierre Wauquier, président de H20 à Clermont Ferrand (Auvergne, France) :  h2o.asso.h2o@gmail.com   

 

 

par

 

Riccardo Petrella

Président de l’IERPE (Institut Européen de Recherche sur la Politque de l’Eau (Bruxelles)

 

Jean-Pierre Wauquier,

Président de l’Association H²0 ( Clermont Ferrand)

Les commentaires sont fermés .